COSUNAM

Quand les hommes sont LIBRES de choisir, ils choisissent la LIBERTÉ

Le mot d’actualité du secrétaire général

Deux figures emblématiques parmi les prisonniers de conscience du Vietnam en 2018

Tran Huynh Duy Thuc

“C’est mon dernier combat. Je ne quitterai pas mon pays”

 Tran Huynh Duy Thuc, âgé de 48 ans, était un entrepreneur à succès dans la téléphonie mobile. Il a été arrêté en 2009 pour avoir animé un blog indépendant intitulé “Le changement dont le Vietnam a besoin”. Ce titre a suffi à l’accuser de “tentative de renverser le gouvernement du peuple”. Le 20 mai 2010, il a été condamné à 16 ans d’emprisonnement et a déjà entrepris depuis lors plusieurs grèves de la faim.

D’un caractère inflexible malgré de mauvais traitements, respecté par ses camarades de prison, il a refusé à ce jour toute proposition d’exil et d’accueil à l’étranger de nombreuses organisations de droits de l’homme, estimant que son combat pour la démocratie doit se faire sur le sol vietnamien.

———————————————————————————————————

Tran Thi Nga

“Pour que le Vietnam ne devienne pas un second Tibet”


Mère de deux enfants, membre de l’Association des femmes vietnamiennes pour les droits humains, blogueuse, Tran Thi Nga a écopé, en juillet 2017, de neuf ans de prison et cinq ans de probation pour propagande contre l’Etat. Elle avait porté assistance à des victimes d’expropriation et critiqué la politique du gouvernement, notamment lors de la grave pollution des côtes maritimes du centre Vietnam par l’entreprise Formosa en 2016. Elle est actuellement détenue à plus de 1’000 kms de son domicile.Tran thi Nga est aussi connue pour ses positions anti-chinoises ce qui fait actuellement d’elle l’une des figures de proue de la dissidence.  Elle milite pour que le Vietnam se défende contre son gigantesque voisin communiste et contre ses velléités d’annexion en mer d’Asie méridionale.