L’Union Européenne saura t’elle se faire respecter par le Vietnam

Pham Chi Dung, Nguyen Tuong Thuy et Lê Huu MInh Tuân, journalistes indépendants

Telle est la question que se posent les observateurs au vu des nombreuses violations des droits de l’homme par le régime vietnamien une année à peine après la signature de l’accord de libre-échange et l’engagement des parties sur la question du respect des droits de l’homme (BRUXELLES, 7. JANVIER 2020)

Pham Chi Dung, ainsi que deux autres confrères membres de l’association des journalistes indépendants , ont été emprisonnés le mardi 5 janvier dans une démarche dénoncée par la Commission européenne. Cette incarcération fait suite malgré les engagements de Hanoi lors de l’accord de libre-échange lancé en août 2019.

Dans une déclaration publiée le jour d’après, la Commission européenne a mis en avant remettre les garanties de la liberté d’expression inscrites dans la propre constitution du Vietnam en affirmant que Vietnam doit libérer tous ceux qui ont été arrêtés pour avoir exprimé leurs opinions

“Le nombre croissant d’arrestations, d’emprisonnements et de condamnations de journalistes et de défenseurs des droits de l’homme vietnamiens va dans le sens contraire”, a déclaré Peter Stano, le porte-parole de la Commission européenne UE . Il a a ajouté que la question pourrait également être discutée “dans quelques semaines” lors d’une réunion prévue des ministres des affaires étrangères de l’UE.

Il faut savoir que toute décision de sanctions ou de suspension éventuelle du pacte commercial devrait être prise à l’unanimité des États membres. C’est donc une perspective peu probable, qui contraste avec la défense publique des droits de l’homme de l’UE contre des accords commerciaux lucratifs avec des régimes oppressifs.

Le cas de Pham Chi Dung semble pourtant particulièrement flagrant et démontre les intentions de Hanoi d’ignorer les protestations de l’UE. L’année dernière, le Parlement européen avait déjà demandé sa libération, mais en vain et se contentant d’adopter une résolution condamnant les abus. Plus de 60 députés européens s’étaient également exprimés, demandant à la Commission européenne d’agir concrètement et 1/3 des députés sur 700 ont refusé de signer l’accord commercial .

A la mi-décembre, le Parlement européen avait également tenu sa première vidéo-conférence interparlementaire avec le Vietnam. Le cas de Pham Chi Dung avait été soulevé et à nouveau rejeté par le Vietnam. “Cela montre que le Vietnam n’a pas la moindre intention de se conformer aux demandes et aux appels”, a déclaré Claudio Francavilla de Human Rights Watch.

Plus de 200  de personnes seraient emprisonnées pour s’être prononcées contre le gouvernement, tandis que Hanoi maintient que les personnes arrêtées ne sont en aucun cas des prisonniers politiques mais des ” fauteurs de trouble et propagandistes contre l’Etat ” . Pham Chi Dung a été arrêté en novembre 2019 moins d’une semaine après avoir publié un article demandant à l’UE de reporter l’accord commercial jusqu’à ce que le Vietnam améliore les droits de l’homme.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*