Un bilan 2020 en matière des droits de l’homme

Le 10 décembre 2020 sera la Journée internationale des droits de l’homme. Au Vietnam, le constat est malheureusement accablant.

HANOI (Reuters) – Le nombre de prisonniers politiques au Vietnam a atteint son plus haut niveau jamais enregistré, selon un décompte d’Amnesty International qui, dans un rapport publié récemment , a accusé Facebook et Google de pratiquer la censure dans ce pays d’Asie du Sud-Est.
Il y a au moins 170 “prisonniers de conscience” au Vietnam, selon le rapport, dont environ 70 purgent actuellement des peines de prison pour activisme en ligne, principalement sur Facebook et YouTube de Google.
“Autrefois grand espoir pour l’expansion de la liberté d’expression dans le pays, les plateformes de médias sociaux deviennent rapidement des zones libres de droits de l’homme, où toute dissidence pacifique ou critique du gouvernement vietnamien est susceptible d’être censurée”, indique le rapport.
Le nombre actuel de prisonniers de conscience au Vietnam est le plus élevé que l’organisation londonienne Amnesty ait jamais rapporté depuis qu’elle a commencé à publier les chiffres en 1996.
Amnesty définit les prisonniers de conscience comme des personnes qui n’ont pas utilisé ou préconisé la violence, mais qui ont été emprisonnées en raison de leur activités dans la société civile ou de leurs opinions politiques.
Malgré une réforme économique de grande envergure et une certaine ouverture au changement social, le Parti communiste au pouvoir au Vietnam maintient un contrôle étroit sur les médias, tolère peu d’opposition et a intensifié la répression contre les dissidents et les activistes en ligne à l’approche d’une réunion clé du Parti l’année prochaine.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*