Devoir de mémoire d’un Suisse d’origine vietnamienne

Le 30 avril 1975 a transformé mon destin et m’a conduit à devenir citoyen helvétique. Un demi-siècle est presque passé . Intégré et heureux de vivre en Suisse, je pourrai me contenter maintenant d’un constat de satisfecit sur mon pays d’origine le Vietnam en pleine croissance économique.
Pourtant, en tant qu’ancien réfugié politique, le 30 avril 1975 reste le jour où le voile noir du communisme s’est abattu sur mon pays, balayant mes souvenirs d’enfance et mes aspirations d’homme libre.
Aujourd’hui, en tant que Vietnamien de coeur, je suis accablé par l’état réel du Vietnam. Malgré une façade d’ouverture et un vernis d’indépendance, les valeurs essentielles d’altruisme, de civisme et de solidarité qui font la force et le développement d’autres pays d’Asie tels que le Japon, Taïwan ou la Corée du Sud sont devenues inexistantes au Vietnam. Répression féroce du parti marxiste contre toute forme d’opposition, lourdes condamnations des dissidents pacifiques , inexistence d’un Etat de droit, capitalisme rouge effréné et corruption généralisée des membres du gouvernement gangrènent l’avenir de la société civile et le développement durable du Vietnam.
En ce jour de commémoration du 30 avril, je tiens à remercier tous les amis Vietnamiens et suisses qui continuent à soutenir depuis des années notre lutte non-violente pour un futur Vietnam libre, réellement démocratique et respectueux des droits de l’homme.

Luy Nguyen Tang

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*