Au lendemain du «dialogue» entre l’Union Européenne et le Vietnam sur les droits de l’homme

L’Etat vietnamien s’acharne contre l’avocat Nguyen Van Dai

L’avocat Nguyen Van Dai a été arrêté une nouvelle fois pour “propagande contre l’état”. Le Cosunam dénonce énergiquement cette nouvelle arrestation arbitraire et exhorte les autorités suisses à intervenir en faveur de l’avocat spécialisé dans les questions des droits de l’homme. 

Brutalement molesté par des policiers en civils le 6 décembre, arrêté le 16 décembre par le ministère de la Sécurité publique : le harcèlement contre Nguyen Van Dai n’en finit pas. Appréhendé pour « propagande contre l’Etat de la République socialiste du Vietnam » en vertu de l’article 88 du code pénal, Nguyen Van Dai avait déjà été condamné en 2007 à quatre ans de prison pour les mêmes motifs.

« L’article 88 du code pénal est à nouveau utilisé pour faire taire l’information libre et indépendante au Vietnam, déclare Benjamin Ismaïl, responsable du bureau Asie-Pacifique de Reporters sans frontières. Au lendemain du dialogue UE-Vietnam sur les droits de l’Homme, il est urgent que les représentants de l’Union européenne et des pays membres adoptent des sanctions fortes à l’encontre du gouvernement de Nguyen Tan Dung. Si elle s’abstenait de réagir, l’UE donnerait un blanc-seing au Premier ministre pour mener sa politique de répression à l’encontre des acteurs de l’information. »

Le récit des évènements 

Dimanche 6 décembre 2015, Nguyen Van Dai a été violemment agressé et blessé par des individus en civil, décrits comme des supplétifs de la police par Nguyen Van Dai, dans la province de Nghe An ( Nord Vietnam), alors qu’il rentrait chez lui à Hanoï. Il venait de participer à une réunion sur les droits de l’homme au Vietnam et la Constitution de 2013, organisée au domicile d’un ancien prisonnier de conscience, Tran Huu Duc, dans le district de Nam Dan. Cette conférence, à laquelle une soixantaine de personnes ont participé, se tenait dans le cadre de la “Semaine des droits de l’Homme au Vietnam” qui s'est clôturée le 10 décembre, 65e Journée internationale des droits de l’homme, créée par l’Assemblée générale de l’ONU.

Passé à tabac lors d'une violente agression 

« Nous sommes révoltés par la violente agression ayant visé Nguyen Van Dai, déclare Benjamin Ismaïl, responsable du bureau Asie-Pacifique de Reporters sans frontières. Personne n’ignore que l’engagement pour la liberté d’informer sur les droits de l’Homme vaut à Nguyen Van Dai une répression constante de la part des autorités. Nous demandons à la communauté internationale de faire pression sur les autorités afin que cessent ces méthodes mafieuses qui font du gouvernement de Nguyen Tan Dung, un gouvernement de malfrats ».

Lors de cette agression, des individus masqués circulant dans une fourgonnette sans plaques d’immatriculation ainsi que des motards l'ont suivi avant de le forcer à s’arrêter. Nguyen Van Dai a été traîné de force dans une voiture, dans laquelle il a été passé à tabac. Son téléphone, son portefeuille contenant près de 500 dollars et ses effets personnels lui ont été dérobés. L’avocat a ensuite été relâché par ses ravisseurs à une cinquantaine de kilomètres du lieu de la réunion. Nguyen Van Dai n’a pu retourner à Hanoï que deux jours après l’agression. 

« Afin de changer la mentalité du pouvoir, il faut expliquer aux gens qu’ils ont des droits fondamentaux et qu’ils doivent en user, déclare Nguyen Van Dai à Reporters sans frontières. Ces attaques ne me décourageront pas. J’appelle les ONG internationales et les gouvernements démocratiques à tout mettre en oeuvre pour faire cesser ces violences, utilisées de manière croissante par les forces de police vietnamiennes au cours des dernières années, contre les activistes des droits de l’homme et les acteurs indépendants de l’information ». 

---

Rencontre en 2012 avec la députée genevoise Anne-Marie von Arx

Nguyen Van Dai avait déjà été ciblé par des agressions similaires, notamment en mai 2014, sans qu’aucune enquête ne soit ouverte. En juin 2013, il avait révélé et publiquement dénoncé la surveillance dont il faisait l’objet à son domicile. 

Leader du mouvement démocratique vietnamien, notamment signataire de l’appel du  «Bloc 8406», ardent défenseur des droits de l’homme, cet avocat dissident a régulièrement publié des articles en faveur de la démocratie sur des sites internet basés à l’étranger.

 En 2012, à la fin de son premier emprisonnement, il avait reçu la visite de la députée genevoise Anne-Marie von Arx au nom du Comité Suisse-Vietnam (sur la photo, debout en veston cravate).

---

Mobilisation internationale

Une campagne de mobilisation internationale a été lancée pour sa libération. En Suisse, le Comité Suisse-Vietnam COSUNAM a rédigé un courrier urgent à Monsieur Didier Burkhalter , Conseiller fédéral en charge du Département des Affaires Etrangères. Signée par la députée genevoise Anne- Marie von Arx-Vernon, par les conseillers administratifs et communaux Jean-Luc Von Arx, Rolin Wavre, Jean-Marc Comte, cette lettre demande une intervention concrète pour garantir l’intégrité corporelle de M. Nguyen Van Dai et pour un droit de visite. 

https://www.amnesty.org/en/latest/news/2015/12/viet-nam-arrest-of-human-rights-lawyer-highlights-spurious-commitment-to-human-rights/

---

 En cette fin d'année 2015, soyons solidaires des voix de conscience au Vietnam

 http://viettan.org/-Voices-of-Conscience-.html

Une pensée pour Nguyen van Dai, une signature de pétition, une image à sa famille

https://www.change.org/p/free-human-rights-lawyer-nguyen-van-dai