A l’occasion du déplacement de la Conseillère fédérale Doris Leuthard au Vietnam, à la veille du procès de six dissidents le 5 avril, le Comité Suisse-Vietnam et un Collectif des Amis tient à attirer l’attention du DFAE et de la population suisse sur la situation des Droits humains au Vietnam et les violations de la liberté d’expression

Ce qui se passe au Vietnam ne doit pas passer sous silence

---

Au cours de l’année 2017, une vingtaine de journalistes citoyens ont été arrêtés, déportés ou condamnés à des peines de prison de neuf, dix ou même quatorze ans de prison, pour avoir voulu simplement informer la population. Les procès à l’issue desquels ces peines ont été infligées ne durent jamais plus de quatre heures. La défense y est systématiquement mise à l’écart. C’est la pire vague de répression contre la liberté d’informer depuis plus de vingt ans.

En effet, quel est le sens d’un« partenariat stratégique» avec la Suisse si le respect des Droits humains en restent exclus ? Quand le Vietnam compte-t-il mettre un terme à la série d’arrestations arbitraires et de procès lancée contre les opposants et notamment les blogueurs du pays? Comment le Vietnam justifie-t-il les conditions de détention déplorables de ses citoyens emprisonnés ?

Le Comité Suisse-Vietnam demande que la Suisse, au travers de son ambassade et en collaboration avec les autres Etats engagés dans le groupe des « like minded » à Hanoï, soit présente et suive physiquement le procès du 5 avril qui doit, selon les autorités, se tenir en audience publique. La Suisse pourrait ainsi vérifier si les droits de la défense sont respectés, ce qui, selon nos informations n’est presque jamais le cas.

Leurs proches font état de situations absolument effroyables dans les lieux de détention, de travail forcé et de manque de soins. La santé de nombreux prisonniers, dont les blogueurs Nguyen Van Dai et Me Nam ("Mère Champignon"), se détériore de manière inquiétante. Leur santé mentale est également mise à l’épreuve par l’isolement : ils sont régulièrement et volontairement éloignés dans des prisons à des milliers de kilomètres de leur famille.

Par de tels actes, le Vietnam contrevient aux articles 5, 9, 18, 19 et 20 de la Déclaration universelle des droits de l’homme et viole de façon systématique le Pacte international relatif aux droits civils et politiques auquel il a adhéré, ainsi que la Convention contre la Torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants dont il est signataire.

Nous appelons le Conseil Fédéral à aborder en toute franchise la question des Droits humains pour que le Vietnam :

        ●  assure aux prisonniers des conditions de détentions répondant à l’ “Ensemble des principes pour la protection de toutes les personnes soumises à une forme quelconque de détention ou d’emprisonnement” adopté par l’Assemblée générale de l’ONU dans sa résolution 43/173 du 9 décembre 1988 ;
        ●  abandonne le recours systématique aux lois sur la sécurité nationale et aux dispositions du Code pénal pour réprimer la dissidence pacifique et criminaliser la liberté d’expression ;
        ●  renonce enfin à intimider et brutaliser les défenseurs des Droits de l’homme, à l’image de l’agression dont a été victime le pasteur Nguyen Trung Ton le 27 février 2017 ;
        ●  respecte pleinement le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, auquel le Vietnam est lié depuis 1982, ainsi que la Convention contre la torture et autres peines et traitements cruels, inhumains ou dégradants, ratifiée en 2015. 


Lettre ouverte par le Comité Suisse-Vietnam & Amis Suisses
Rolin Wavre (Conseiller municipal), Luy Nguyen Tang, Jean-Marc Comte (Conseiller administratif), Khai Nguyen Dang, Michel Rossetti (Ancien maire de Genève), Simon Brandt (Conseiller municipal), Bernard Favre, Sébastien Desfayes (ancien Président du PDC cantonal), Anne-Marie von Arx (Députée), Alexandre de Senarclens (Député), Nathalie Fontanet (Députée), Jean-Luc von Arx (Conseiller municipal).

Document ci-dessus : Informations sur le procès du 5 avril 2018 et l'identité des six dissidents qui seront jugés.

---

N'oublions pas les prisonniers

de conscience au Vietnam

---

Avec celles et ceux qui portent

nos valeurs essentielles

---