Dans la parution d'un rapport "dans l'ombre" sur la torture au Vietnam, trois organisations européennes dont le Cosunam dénoncent les pratiques de l'appareil policier vietnamien 

 

 Shadow Report on

Police Torture in Vietnam 

Un rapport sur les pratiques et cas de torture intitulé «Rapport dans l’ombre - Shadow Report On Police Torture in Vietnam» a été réalisé en avril 2016 et présenté aux grandes institutions internationales dont le Comité contre la Torture (CAT) par les ONG ( organisations non-gouvernementales) suisse, allemande et hollandaise : le Comité Suisse-Vietnam COSUNAM, le Bundesverband Der Vietnamesischen Flüchtlinge In Der Bundesrepublik Deutschland e.V. et l‘Association Van Vietnamese Vluchtelingen in Nederland (AVVN), avec le soutien du Parti de la Réforme Viet Tan.

En violation de la Convention des Nations-Unies contre la torture

L’objectif de ce rapport est de recenser les situations et cas de torture avérés qui ont été perpétrés depuis 2013 par la police et les autorités pénitentiaires de l’Etat vietnamien à l’encontre de citoyens vietnamiens, en violation manifeste de la Convention des Nations-Unies contre la torture et les traitements cruels, inhumains et dégradants.

Il convient de rappeler que La République Socialiste du Vietnam a signé cette convention en novembre 2013 et l’a ratifié le 5 février 2015. 

(Le rapport et ses annexes sont dans la rubrique INFORMATIONS)

Sous la supervision finale de Rolin Wavre, président du Cosunam , ce rapport complet de quelques 150 pages a été remis à : 

- His Excellency Secretary-General ONU Ban Ki-Moon

Committee Against Torture (CAT)

- Human Rights Treaties Division (HRTD)
  Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights (OHCHR)

The UN Voluntary Fund for Victims of Torture (UNVFVT)

---

Une action concrète et immédiate

Signez la pétition " Sauvez le prisonnier de conscience Tran Huynh Duy Thuc qui a commencé une grève de la faim jusqu'à ce que mort s'ensuive ".

Notre objectif est d'atteindre 25 000 signatures et nous en avons 18 600 au moment où ces lignes sont rédigées. Pour en savoir plus et pour signer :
CLIQUER ICI

---

Des milliers de poissons morts déclenchent

des manifestations sans précédent 


Ce qui s’est passé sur les côtes du Vietnam en avril 2016

Début avril, les pêcheurs locaux ont constaté que les plages de la province de Ha Tinh ( Centre-Vietnam ) étaient recouvertes de grandes quantités de poissons morts. Très vite, de nombreux autres cas sont apparus et des rapports parus dans les médias estiment maintenant que plus de 70 tonnes de poissons morts et de faune marine se sont échoués le long des côtes de trois autres provinces du Vietnam. 

À ce jour, le gouvernement n’a donné aucune explication valable quant aux raisons de cette catastrophe. De ce fait , des journalistes et des scientifiques indépendants se sont spontanément associés aux plus plus touchés – pêcheurs et leurs familles – pour trouver la cause de cette catastrophe.

Les soupçons ont vite convergé vers l’entreprise industrielle chinoise Formosa Hà Tĩnh Steel Corporation dont les déchets toxiques auraient été déversés dans l’océan.

La crise a ainsi mis en exergue les craintes du peuple vietnamien s’agissant de la dégradation de leur environnement, de la sécurité alimentaire, et de la réglementation inefficace régissant les entreprises chinoises fortement implantées au Vienam.

L’entreprise chinoise Formosa est notoirement connue 

Il faut savoir qu’en 2009, Formosa avait déjà été épinglée par l’organisme de protection de l’environnement Ethecon pour son comportement s’agissant de produits chimiques dangereux et le rejet de mercure dans un port important du Cambodge.

Chu Xuân Phàm, le porte-parole de Formosa a tout fait basculer lors d’un interview avec les médias dépêchés sur place quand un journaliste lui a fait part des observations de nombreux pêcheurs locaux . Sa réponse a choqué tous les participants :

“Plusieurs fois au cours de leur vie, les gens font face à des choix : soit pêcher et vendre du poisson soit développer l’industrie sidérurgique. On ne peut avoir les deux.” 

 

Les citoyens en colère réagissent sur les réseaux sociaux et dans les rues des villes

Les pêcheurs locaux s’en sont pris aux fonctionnaires du régime,déclarant à la chaîne de télévision Saigon Broadcasting Television Network que la vie du peuple vietnamien dans leur province semblait avoir peu de valeur pour le gouvernement par rapport aux privilèges et aux faveurs démesurées accordés aux entreprises chinoises.

“Des gens sont décédés, les poissons de nos mers pourrissent sur nos plages. Et à ceux d’entre nous qui protestons, les officiels et cadres du parti nous disent “baignez-vous dans la mer, mangez du poisson, il n’y a pas de problème. Apparemment, ils ne nous considèrent pas comme des êtres humains mais comme des animaux. Pour eux Formosa est la référence. Les investissements et capitaux étrangers ne profitent évidemment qu’à eux ”

Les médias sociaux ont explosé au cours de la crise. Une pétition intitulée “Nous le peuple demandons à ce qu’une enquête soit menée » a récolté plus de 100.000 signatures en 48 heures. Les actions sur la voie publique et les centres urbains se sont multipliées dans le centre du Vietnam, d’abord à Quảng Bình, puis à Huế. Ensuite, la semaine dernière, à Saigon et à Hanoi, où des milliers de personnes sont descendues dans les rues pour exiger  des réponses , une prise de responsabilité et plus de transparence du gouvernement.

Deux célèbres anciens prisonniers de conscience, Trương Minh Tam et Chu Manh Son, ont été arrêtés alors qu’ils tentaient de faire un rapport sur la crise. 

Les manifestations à Hanoi et à Saigon ont été réprimées brutalement mais à l'étranger les communautés vietnamiennes et le Viet Tan Parti pour la Réforme du Vietnam ont pris le relais des protestations devant les ambassades du Vietnam.

Fuite en avant du gouvernement et répression contre les manifestants

Le Ministre de l’Environnement Trần Hồng Hà a certes déclaré que les évacuations de déchets toxiques étaient dangereuses après l’examen des échantillons d’eau autour du site, mais il n’y a encore eu aucune annonce au niveau national pour établir les causes ou pour appeler à une enquête indépendante. 

Le Secrétaire Général Nguyễn Phú Trọng a été vivement critiqué après avoir rendu visite au Conseil d’administration de Formosa à Hà Tĩnh concernant des projets en cours sans même avoir rencontré les victimes ou répondu publiquement concernant la mort des poissons.

Alors que la tension nationale et l’attention internationale prennent de l’ampleur, le gouvernement vietnamien est sous les projecteurs s’agissant non seulement de la façon dont il va gérer le tollé public mais résoudre les questions de relations avec la Chine.

 

L'une des nombreuses manifestations de Viet Tan, Parti de la Réforme, à l'étranger

---

L'éclairage du Cosunam

Ce qui devait arriver un jour au Vietnam est survenu un mauvais jour du mois d’avril. Une grave crise de pollution a éclaté au Vietnam. Elle met en péril les ressources poissonnières de quatre provinces côtières vietnamiennes, elle met à mal la confiance de la population dans une de ses denrées principales mais elle n’est encore peut-être que la pointe de l’iceberg qui menace toute la population du Vietnam, depuis les montagnes du Nord jusqu’au delta du Mekong,

Qui est le responsable de cette crise et des centaines de tonnes de poissons qui pourrissent le long des côtes du Vietnam ? Certes, on pourrait accuser quelques responsables de l’entreprise chinoise Formosa (en licenciant par exemple son porte-parole pour ses propos maladroits) ou démettre de ses fonctions l'incompétent ministre vietnamien de l’environnement. Ce serait simple et ça arrangerait bien du monde.

La vérité est toute autre car cette crise , avec son cortège de mensonges officiels du début et la répression policière contre les protestataires, a permis une nouvelle fois de pointer la source du problème : la cupidité et l’absence de scrupules des dirigeants du parti communiste vietnamien au service des investisseurs chinois afin d’exploiter à outrance les ressources du Vietnam.

Devenus des millionnaires "rouges" grâce aux flots des investissements étrangers, ayant perdu tout repère idéologique, dénués de toute contrainte démocratique, les hauts dirigeants communistes se réfugient derrière la façade du parti unique au pouvoir et de son appareil policier pour vivre totalement déconnectés des vicissitudes du peuple.

Les évènements dramatiques sur les côtes vietnamiennes illustrent aux yeux de toute la population vietnamienne la décadence des dirigeants communistes qui ont perdu depuis longtemps «le mandat du Ciel».

Ce désastre rend encore plus nécessaire que jamais la liberté d'expression et d'association qui doit non seulement protéger les humains mais aussi les ressources communes et le futur de tous les Vietnamiens (nature, environnement et santé).

---

Un musée du souvenir pour les boat-people vietnamiens

Le Comité Suisse-Vietnam COSUNAM salue l'initiative de la Fédération Vietnamienne au Canada pour la fondation d'un musée du souvenir à Ottawa ( Ontario).

A l'image de la stèle des boat-people de Genève, en mémoire et en reconnaissance au pays d'accueil, ce projet de grande envergure, commencé en 2011, devrait aboutir en 2017. A ce jour , il a déjà acquis un terrain et réuni une partie des fonds nécessaires. A suivre.